Un bon livre, un fauteuil moelleux, la tiédeur réconfortante d’une tasse de chocolat chaud… Rien de tel que ces temps de confinement hivernal pour redécouvrir le plaisir de lire à la maison. Le moyen idéal pour s’évader, voyager, rêver…

Saviez-vous qu’en plus d’être d’incroyables écrivains, Victor Hugo, Georges Bernanos, JRR Tolkien, Ian Fleming (et bien d’autres) partagent un autre point commun ? Tous ont séjourné en Côte d’Opale. Nous vous emmenons sur leurs traces…

Un voyage littéraire en Côte d’Opale

Je suis parti d’Étaples de bon matin. Je voulais déjeuner à Montreuil-sur-mer. Montreuil-sur-mer serait mieux nommée Montreuil-sur-plaine. Des remparts, on a une vue admirable de coteaux et de prairies, car la ville est haut située…

C’est ainsi que Victor Hugo, en voyage dans le nord de la France, débute l’une des correspondances destinées à son épouse Adèle. Nous sommes en 1837. Bien des années plus tard, le célèbre écrivain se souviendra de cette visite, faisant de la cité fortifiée l’un des décors de son roman le plus emblématique : Les Misérables.

Si cette anecdote est aujourd’hui largement connue, notamment grâce au spectacle son et lumière Les Misérables, la Côte d’Opale a accueilli au fil des siècles bien d’autres touristes inattendus, parmi lesquels Laurence Sterne (Le voyage sentimental) et Arthur Young (Voyages en France). Tous deux témoignent, dès le 18ème siècle, de l’engouement des Anglais pour le littoral opalien. À la même époque, un auteur originaire des 7 Vallées Ternois, l’abbé Prévost, fait scandale dans la France entière avec son roman Manon Lescaut (1731). Sa maison natale, où il a grandi jusqu’à l’âge de 16 ans, est toujours visible. Elle se situe au 11 rue Daniel Lereuil à Hesdin (propriété privée).

On sait également que le poète Paul Verlaine séjournait régulièrement à Fiefs, où demeurait son ami intime, Irénée Decroix, originaire du village.

L’enfant du (Haut) Pays

Dans le Haut-Pays de Fruges et Hucqueliers, le passage de Georges Bernanos a également laissé quelques traces. Dès l’âge de 12 ans, l’auteur de Sous le soleil de Satan (1926) et du Journal d’un curé de campagne (1936) passe une grande partie de son enfance à Fressin, ce “pays de grands bois et de pâturages” qui ne cessera de l’inspirer.

De sa “chère vieille maison” d’enfance, incendiée en 1940, ne subsiste qu’un pigeonnier, où l’auteur aimait à se cacher, tout comme son personnage de Philippe dans le roman Monsieur Ouine (1938). Un circuit découverte rend aujourd’hui hommage au célèbre écrivain.

Vous aimerez…

nos suggestions

Dans la tourmente de la Guerre

J.R.R. Tolkien (Le Seigneur des Anneaux) et C.S. Lewis (Le Monde de Narnia), amenés sur ses rivages par le tumulte de la guerre, garderont de la Côte d’Opale un souvenir bien différent. En 1916, Tolkien passe trois semaines au camp d’entraînement d’Étaples, tout comme Wilfred Owen, considéré comme le plus grand poète britannique de la Première Guerre mondiale. Lewis, quant à lui, sera soigné à l’hôpital militaire en 1918, suite à une blessure par éclat d’obus.

JRR Tolkien

La mer comme inspiration

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, l’attrait des écrivains pour la Côte d’Opale ne se dément pas. En témoigne par exemple la surprenante anecdote reliant Le Touquet-Paris-Plage au plus célèbre espion de la littérature, James Bond. La première aventure de l’agent 007, écrite en 1952, se déroule en effet dans la station balnéaire de Royale-les-Eaux, rivale imaginaire du Touquet, située « au nord de Dieppe ». La station y est citée cinq fois, ce qui n’est pas étonnant quand on sait que Ian Fleming en était un fervent habitué! Son portrait trône d’ailleurs toujours dans la galerie de l’Hôtel Westminster, avec en dédicace « Sometimes I’m east, sometimes I’m west ».

Ian Fleming

Une dizaine d’années plus tard, en juillet 1961, c’est la poétesse américaine Sylvia Plath qui tombera sous le charme de la Côte d’Opale. Plus précisément de Berck-sur-mer. Elle dédiera à la station un texte de 500 strophes, son plus long poème, sobrement baptisé « Berck plage ».

Sylvia Plath

Et si vous profitiez du confinement pour (re)découvrir les oeuvres de ces auteurs incontournables, et pourquoi pas voyager avec eux en Côte d’Opale?

Et aussi…

trouvez l’inspiration